En janvier 1939 la chute de Barcelone déclenchait l’exode de 450.000 Espagnols. La Retirada se fit pour un bon nombre  dans des conditions dantesques : le froid, la neige, les bombardements et les mitraillages des fugitifs par l’aviation franquiste et, même, quelques suicides. Le 29 mars à Alicante 15.000 personnes (des militaires, des politiciens, des combattants et leurs familles) n’eurent pas la chance d’embarquer pour rejoindre Alger ou Oran. L’accueil officiel en France ce furent les camps de

 

Chronique géopolitique de Bernard Guetta sur France Inter du 2 septembre 2015

nous-montreuil : en cherchant à comprendre le sens de ces flux migratoires, nous vous proposons un certain nombre d'articles qui abordent cette question différemment et peuvent enrichir la réflexion de chacun-e.

Pourquoi l’Allemagne ? Pourquoi l’Allemagne est-elle pratiquement le seul pays d’Europe où l’afflux des réfugiés ne provoque pas l’effroi, où la plus haute autorité de l’Etat, Mme Merkel, en appelle à la


"Non à l'indifférence". Cette phrase est le titre d'un livre écrit par un collectif de six auteurs :
Gérard Dhôtel, Jessie Magana, Nimrod, Maria Poblere, Elsa Solal et Murielle Szac

Ces écrivains se sont réunis à Quimper (Bretagne), à la recherche des mots pour dire non à l'indifférence.

Le livre est parti d'un cri, d'un appel à toutes et à tous pour nous interpeller : "Mêlez-vous de ce qui vous regarde !"
Qu'est-ce qui nous regarde ?

 

Il paraît que la croissance est repartie, hourra !

Pourquoi, au lieu de polémiquer sur la réalité ou la solidité de cette croissance, pourquoi ne pas nous questionner sur le hourra ? Voir si la croissance est souhaitable ?

D’ailleurs, de quelle croissance parlons-nous ? La croissance dont on nous parle sans arrêt est celle du PIB – le Produit Intérieur Brut. Il ne s’agit pas de la croissance du bien être, du bonheur… non il s’agit juste de la quantité d’argent échangé, même si une grande partie cet argent est concentrée dans les mains de quelques-uns, alors que les autres s’appauvrissent encore et encore.

La croissance a augmenté fortement en Espagne. Savez-vous pourquoi ? Parce qu’il a été décidé de prendre en compte les chiffres des industries du crime, estimés à 1% de l’économie du pays. Trafic de drogue, prostitution et autres business illégaux sont maintenant intégrés dans la croissance. Ces nouvelles règles seront appliquées dans d’autres pays, probablement aussi chez nous. Si la croissance en France « augmente » avec ce genre d’activités, est-ce souhaitable ?

Dans ce village de la Drôme, une liste collégiale a remporté les municipales. Les habitants ont entièrement repensé le fonctionnement de la mairie, en s'appuyant sur les méthodes d'animation de l'éducation populaire. 
Reportage de Lisa Giachino

Mardi 20 mai. Ce soir l'ambiance est studieuse chez Joachim Hirschler. Attablés dans son salon, six villageois planchent sur un projet de réduction de l’éclairage public : pour éviter le gaspillage d'électricité et la pollution lumineuse, les lampadaires ne resteront plus allumés toute la nuit. Alain a conçu des graphiques permettant de visualiser les horaires - différents selon les saisons et les quartiers.

Rectificatif : la prochaine réunion du "Café permaculture et transition" aura lieu le mercredi 13 août à Casa Poblano (15, rue Lavoisier 93100 Montreuil - M° Robespierre de 18h30 à 20h) et non le mardi 12 août !

Un mouvement formidable est né : les Villes en Transition. Ce mouvement qui a démarré en 2006 à Totnes, en Angleterre lancé par Rob Hopkins, enseignant en permaculture, compte aujourd’hui plus de 2 500 initiatives de Transition dans le monde, dont 150 en France, réunies dans le réseau international de la Transition.

Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire à prendre conscience, de l'évolution profonde de notre société, tant sur le plan environnemental que sociétal et de réaliser des actions concrètes allant dans le sens de :

- réduire fortement, individuellement et collectivement, la consommation d’énergie d’origine fossile et nos émissions de CO2 - renforcer la résilience de nos territoires, leur capacité à absorber les chocs à venir, par une relocalisation de l’économie (alimentation, énergies renouvelables…)

- renforcer les liens, les solidarités et la coopération entre l’ensemble des acteurs du territoire

- acquérir les compétences qui deviendront nécessaires au renforcement de notre autonomie.

Dans les grandes villes françaises on constate une amplification de la contestation contre les grands projets urbains, leur logique capitaliste et leurs conséquences. Ces luttes offrent en plus des perspectives de convergence entre des fronts sociaux habituellement dissociés.
Prenons l’exemple de l’Île-de-France, où l’ensemble de la première couronne se trouve concernée par la mise en place du « Grand Paris » et de ses nombreux chantiers, contre lesquels la population se mobilise : « Cluster » de recherche techno-industrielle sur le plateau agricole de Saclay (92), projet de centre commercial Europa City (Auchan) sur un triangle agricole à Gonesse, pôles d’affaires ou de création artistique sur le territoire de Plaine Commune (93), chantier des Halles…