Le jeudi 12 décembre, nous avons pu discuter de la démocratie participative lors d'un débat organisé par le collectif Clac-la-dette à la salle "Comme vous émoi".

René Balme, maire de Grigny, n'a pas pu venir, grève des trains oblige, mais nous avons vu deux petits films et une excellente présentation faite par Clac-la-dette pour découvrir et comprendre la démarche pionnière et exemplaire qu'il a mise en place pour développer la participation citoyenne dans sa ville. Voir son blog : http://www.rene-balme.org/24h00/

A Grigny, tout est fait pour que les habitants de la ville prennent en main leur destin et participent à toutes les décisions. Il ne s'agit pas de concertation, où à la fin c'est le maire qui décide, il s'agit bien de co-élaborer la gouvernance de la ville en continu, avec les habitants.

Pour cela, les instances de participation se sont multipliées : conseils de quartier ; conseils de types de populations (les jeunes, les entreprises, les associations...), collectifs thématiques, couvrant tous les domaines. De nouveaux collectifs, ou groupes de travail, sont créés à chaque fois qu'une question est abordée si elle n'est pas déjà prise en charge par un collectif existant. La communication est assurée par un site internet créé spécialement pour la démocratie participative. Les habitants, bien informés, se rencontrent dans ces divers collectifs et discutent librement de tout ce qu'ils veulent : ce sont eux qui établissent l'ordre du jour.

Ils décident des projets qu'ils souhaitent réaliser et les services techniques de la ville étudient chaque projet. A la fin une liste des projets (200 projets environ) sont ainsi analysés et chiffrés. Une réunion plénière est consacré au vote des habitants, qui après avoir pris connaissance de tous les projets et de leurs coûts, vont choisir quels sont ceux qui seront mis en œuvre, écartés ou différés dans le temps. Les habitants suivent l'avancement des projets et un bilan est réalisé. La part du budget de la ville ainsi gérée par les habitants s'élève à 60 % du budget d’investissement de la ville.

Quelques exemples de projets réalisés : un système de "pédibus" pour accompagner les enfants à l'école via des parcours de marche, pour éviter le recours aux voitures, désengorger les routes et améliorer la sécurité ; la création d'un centre de santé, avec 7 médecins et bientôt un centre de prévention ; des cantines scolaires tout en bio avec des cuisiniers qui confectionnent pour les enfants de bons petits plats...

Grigny est une ville de 9.000 habitants, Montreuil en compte environ 105.000, soit presque 12 fois plus. A Grigny, il y a 4 conseils de quartier, avec les mêmes proportions, à Montreuil, cela ferait plus de 45, donc un maillage très fin de la ville. A Grigny, 3 salariés à temps plein sont chargés de la démocratie participative : organiser les réunions, rédiger les comptes rendus... L'équivalent à Montreuil serait une équipe de 40 personnes !

On voit bien par ces chiffres que la démocratie participative, si on veut qu'elle existe réellement, ne se crée pas à partir de rien. Elle est le fruit d'une volonté particulièrement forte, avec l'allocation de moyens importants pour assurer un maillage très fin du territoire à tous les niveaux. Même avec tous ces efforts, seuls 10 % des habitants de Grigny s'impliquent réellement. Dans une ville "normale", la participation ne dépasse pas les 2 %. Grigny fait donc 5 fois mieux que les autres. Mais la ville souhaite aller bien plus loin : René Balme déplore, par exemple, le peu d'implication des séniors, pour lesquels il propose donc des formations à internet dans l'espoir de renforcer leur participation.

Ramené à l'échelle de Montreuil, cela supposerait une participation "normale" de plus de 2.000 habitants (2 %). Y sommes-nous ? Et si on visait les 10 %, comme à Grigny, ce serait 10.500 habitants qui seraient mobilisés pour co-élaborer la ville avec les élus.

Chiche, voilà un beau défi. Y aura-t-il une liste parmi celles qui se présentent aux élections pour tenter de le relever ?

Lire aussi sur ce site l'article "Montreuil ville autogérée"

Sylvie Rabie

паз мечтавидеокамеры наружногореклама на автобусе ценадать бесплатное объявление в интернетаукцион конфиската киевartmoney-pro.com

Ajouter un Commentaire

Consulter les CGU de ce site pour connaitre les règles d'utilisation des commentaires d'articles : Nos CGU


Code de sécurité
Rafraîchir