En 2014, nous aurons à Montreuil une monnaie locale, la Pêche. En attendant voici quelques informations pour mieux comprendre ce qu'est une monnaie locale et à quoi ça sert.

Commençons peut-être par une histoire. Anne arrive comme touriste dans la ville de Trébo et se rend à l'hôtel. L'hôtel est plein mais elle propose à l'hôtelier de lui laisser 200 € pour réserver une chambre au cas où... Avant qu'il n'ait eu le temps de répondre, elle dit : "je reviendrai ce soir" et elle sort. A ce moment, le fleuriste, voisin de l’hôtelier, rentre et demande les 200 € que celui-ci lui doit encore suite à la fête qui a eu lieu de WE précédent. Il voit les 200 € sur le comptoir et les prend sans attendre de réponse. Avec ces 200 €, il se rend plus tard chez le garagiste pour payer la réparation de sa voiture. Le garagiste prend les 200 € et va les donner à l'hôtelier pour réserver la salle pour le mariage de sa fille le WE prochain.

Le soir venu, Anne revient à l'hôtel et déclare qu'elle a trouvé une autre solution d'hébergement. Elle reprend ses 200 €. Juste avant de partir, elle dit "de toute façon, c'était de la fausse monnaie !". Faux ou vrais, ces 200 € ont permit de générer 600 € de chiffre d'affaire auprès des commerçants qui leur ont accordé confiance. La monnaie locale a le même pouvoir de création de richesse, qui est basé sur la confiance.

Comme toute monnaie, nationale ou internationale, une monnaie locale sert à fluidifier les échanges. Mais à la différences des "grandes" monnaies, une monnaie locale sert à dynamiser les échanges au niveau local. Cette dimension locale est très importante car elle met en action toute une série de dynamiques sociales, solidaires, écologiques...

Quel est l'intérêt pour les adhérents ?

Les adhérents à la monnaie locale, client, commerçants et fournisseurs sont tous issus du même territoire et en s'inscrivant dans ce "club" de la monnaie, ils s'engagent à une démarche de développement local. En principe, les commerçants et les producteurs doivent s'engager aussi à une démarche qualité, sociale et écologique en signant une charte de valeurs associées à la monnaie locale. On trouvera donc parmi les acteurs d'une monnaie locale les commerçants qui vendent des produits de terroir, des produits bio, des produits de qualité et qui respectent le code du travail. On y trouvera aussi les producteurs et artisans locaux qui respectent ces mêmes valeurs.

Les producteurs et commerçants se retrouvent ainsi "labellisés" par le gestionnaire de la monnaie, garante de leur adéquation à la charte de qualité, qui peut elle-même évoluer au fil du temps. Par exemple, des commerces non bio pourront être acceptés s'ils s'engagent à augmenter la part de leur offre bio chaque année. L'annuaire des commerces acceptant la monnaie locale devient ainsi un annuaire qui flèche les adhérents vers des commerces réputés être attentifs à la qualité de leurs produits et adhérer aux valeurs de la charte.

Si la monnaie est utilisée par 500 personnes, cela représente pour les adhérents commerçants et producteurs 500 clients auprès desquels ils sont spécialement recommandés. Pour les clients, l'annuaire est une source d'informations sur les produits locaux disponibles dans la ville et un gage d'adhésion des professionnels aux valeurs de la charte. Tout le monde est donc gagnant. Il est également possible que les commerçants accordent des remises ou d'autre avantages aux clients qui payent en monnaie locale. Dans une ville comme Montreuil, avec plus de 100.000 habitants, le potentiel est très important.

Quel est l'intérêt pour le territoire ?

La monnaie locale est faite pour circuler. On ne peut pas la mettre en banque ni spéculer dessus, du coup, elle circule beaucoup plus vite que les euros. Ainsi, chaque "Pêche" permettra plus d'échanges que son équivalent en euros, or chaque échange crée de la richesse au niveau local.

La monnaie locale peut également être utilisée pour remettre dans le circuit des échanges des populations qui en sont exclues. Il suffit pour cela de "distribuer" des "Pêches" aux publics visés. La municipalité peut, par exemple, distribuer une certaine quantité de "Pêches" aux employés municipaux. Les services sociaux peut en donner aux personnes qui ont peu de ressources. Elle peut rémunérer des petits services.

La monnaie locale est "achetée" au départ par les clients. L'argent qui a servi à payer la monnaie locale est en euros. Il peut aussi être partiellement utilisé pour financer des associations ou des démarches sociales. De cette manière, la monnaie locale permet non seulement d'accélérer les échanges, mais aussi de "doubler" la création de richesses sur le territoire concerné.

Voilà comment ça marche :

  • La monnaie est émise par un acteur de confiance : une municipalité, une association locale... En principe, pour facilité les échanges, l'unité de valeur de la monnaie locale est égale à un euro. A Montreuil, ce sera donc une "Pêche" pour un euro. La monnaie locale se présente sous forme de billets, ou plutôt de tickets, car il ne s'agit pas réellement de monnaie. En effet, seul l'état (ou l'Europe) a le droit de battre monnaie. Donc, le mot monnaie est un raccourci car en réalité il s'agit d'équivalent monnaie, comme pour les tickets resto, les tickets services ou les tickets cadeaux, par exemple.
  • Les adhérents-clients de la monnaie locale achètent donc des "Pêches" (ou "mesures", "sols", "grains"...) selon le nom donné à la monnaie dans chaque endroit) et payent une cotisation à l'association qui gère la monnaie. Les cotisations servent généralement à couvrir les coût de fabrication des billets, le matériel de contrôle et autres dépenses techniques.
  • Les adhérents-commerçants acceptent de recevoir les "Pêches" comme si c'étaient des euros. Par contre, ils ne rendent pas de monnaie en euros à des billets en "Pêche", puisque la "Pêche" n'est pas réellement une monnaie. Ils peuvent utiliser les "Pêches" pour payer leurs fournisseurs ou pour faire des achats chez d'autres commerçants. Ils peuvent aussi les échanger contre des euros auprès du gestionnaire.
  • Les adhérents-producteurs, comme les commerçants, acceptent de recevoir les "Pêches", qu'ils peuvent utiliser pour leurs des achats locaux et qu'ils peuvent échanger contre des euros auprès du gestionnaire.
  • Pour éviter que la monnaie locale s'accumule chez certains (comme c'est le cas des vrais euros) et pour assurer qu'elle circule vite, on lui associe généralement une durée limite d'utilisation (comme pour des yaourts) avec une petite pénalité lorsque cette durée est dépassé. Lors de son émission, la monnaie est tamponnée avec une date limite d'utilisation (généralement 3 mois). Lorsque cette date est atteinte, la monnaie est périmée et ne peut plus être utilisée. Pour la remettre dans le circuit, il faut l'amener chez le gestionnaire qui va lui donner 3 mois de plus, moyennant une "amende" de 5% environ de sa valeur (5 centimes de pénalités pour chaque euros). Cela incite l'adhérent client à utiliser sa monnaie avant la date de péremption. Les commerçants et producteurs ne payent pas de pénalités lorsqu'ils ramènent la monnaie au gestionnaire.
  • Les billets des monnaies locales sont en principe réalisés avec des méthodes semblables à celle utilisées pour les billets normaux. Ils sont donc aussi infalsifiables les uns que les autres. Les commerçants peuvent être équipés, s'il le souhaitent, de détecteurs permettant de vérifier les billets.

 Sylvie Rabie

255 40 17 купить летнюю резинупопулярные планшетыраскрутка сайта продвижение сайта поисковая оптимизация сайтаapartments in hallandale beachluxury real estate in Miamiздесь

Ajouter un Commentaire

Consulter les CGU de ce site pour connaitre les règles d'utilisation des commentaires d'articles : Nos CGU


Code de sécurité
Rafraîchir