par Peter BENOIT

L'association Rêve de Terre, existant depuis dix ans, fut la créatrice de la première AMAP montreuilloise (aujourd'hui Légumes & Compagnie), son objet social étant entre autres de cultiver en agroécologie à Montreuil.
Dans le cadre du projet agriculturel Montreuil-aux-Pêches (qui ne verra finalement pas le jour), l'association passe convention avec la municipalité -l'été 2011- de la gestion d'une parcelle de presque 1700m2, qui s'avérera un cadeau empoisonné : en effet, son sol est

pollué (surtout aux métaux lourds), et son statut d'Espace Boisé Classé « sanctifie » le lieu.
L'association accepte finalement d'y travailler, en comptant sur la permaculture, notamment par l'agroforesterie et la dépollution par les plantes. Ses jardiniers, s'ils réussissent à mettre en valeur la partie la moins boisée (butte en permaculture, compost, plantations de petits fruitiers) se verront pendant quatre ans systématiquement agressés, parfois leur travail saboté, par une poignée d'habitants de la rue Saint-Antoine, suscitant la démotivation de la majeure partie des adhérents.

La lettre aux adhérents adressée en juin "après la destruction au bulldozer de la partie cultivée du Jardin Forestier" par Peter BENOIT, vice-président de Rêve de Terre, témoigne selon lui d'un cran supplémentaire -cette fois-ci institutionnel- dans le déni de reconnaissance de l'association...

 «  Hallucinant !

La démocratie participative est en réalité une forme d’aveu, ou en tout cas un mensonge  (Franck LEPAGE)

Le 10 mars 2015 se réunissait le Conseil du quartier Paul Signac/Murs à pêches, en présence «d’une trentaine d’habitants et représentants associatifs, incluant le collectif d’animation du conseil de quartier , un groupe de jeunes accompagnés par le service Rues et Cités impliqués dans le projet «espace d’entente de la rue Saint-Antoine» et Céline Nachef, chef de service éducatif de Rues et Cités, Romain Minod, architecte, membre de l’association Collectif 14, encadrant des étudiants en licence pro «éco-construction» de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) impliqués dans le même projet. Pour la Ville : élues : Riva Gherchanoc. Claire Compain excusée. Carmeline Cosenza de la Direction des Solidarités et de la Coopération, Abdelkader Guerroudj et Amandine Vermeersch de l’antenne de quartier Lenain de Tillemont».

Parmi les participants, deux adhérents de Rêve de Terre, venus à titre individuel, c’est-à-dire non mandatés par notre association.

Entre autres points à l’ordre du jour figure un projet d’aménagement de proximité et le vote de l’enveloppe participative correspondante prévu sur la parcelle de Rêve de Terre.

Extraits choisis (en italique) :

Le compte-rendu de réunion indique que trois habitants/acteurs du quartier -Fabrice Berthereau, Luigi Brion, Céline Nachef- viennent présenter le projet sur lequel ont travaillé durant plusieurs mois des habitants, des jeunes du quartier, l’association Rues et Cités, 18 étudiants accompagnés par Collectif 14 et Liliana Motta, avec l’antenne de quartier.

Précisons que depuis cette réunion (dont nous n’avons jamais reçu le compte-rendu), notre association n’a jamais été formellement contactée pour participer au projet. Lequel, qui se proclame participatif, ne prend pas la peine d’impliquer l’association qui gère depuis trois ans et demi la parcelle en question par convention avec la municipalité !
Selon ce fameux compte-rendu, l’association Rêve de Terre a donné un accord de principe pour le partage de cet espace, qui serait aménagé à l’entrée de la parcelle, sur 8 mètres de profondeur, avec une table de ping-pong et du mobilier urbain (bancs, chaises, table).
Le fait que les deux adhérents présents ont trouvé l’idée plutôt bonne a semble-t-il donné des ailes à nos aménageurs impénitents, qui, sur le papier, ont dans un premier temps la prudence de noter que « la conception de l’espace situé sur la parcelle de Rêve de Terre doit être faite en lien avec cette association qui a une fine connaissance de ce patrimoine boisé. Le classement de la parcelle au PLU (espace boisé classé avec espèces remarquables) requiert d’ailleurs une déclaration préalable pour que le projet puisse être aménagé »
Notons à ce stade que la précédente municipalité, nous ayant précisé que tout déboisement était expressément prohibé dans un Espace Boisé Classé, la transformation en mini-square d’une partie de cet espace frise l’illégalité…

« Le statut de ces espaces : la participation des habitants, l’implication des usagers seront le gage de leur bonne intégration dans le territoire. On pourrait envisager un mécanisme de cogestion. Il y a donc un fort enjeu de communication pour accompagner la réalisation et assurer la pérennité de ces lieux. Il conviendra d’être extrêmement clair sur l’articulation des responsabilités et qu’un règlement soit élaboré dans cet esprit.
Le porteur du projet : le Collectif 14, association constituée d’architectes qui s’engagent à développer une approche de co-construction intégrant la participation des habitants... »

Voilà donc affirmée quatre fois dans le même texte, une bonne volonté participative, qui n’a que seule contradiction de passer par-dessus notre association, laquelle n’a jamais été impliquée dans ce processus !
Le projet est mis au vote. Sur les 31 votants (hors représentants de la Ville), 26 se prononcent pour, 5 s’abstiennent. Le projet est adopté.
Le 11 mai 2015, soit deux mois (toujours sans nouvelles) après le Conseil de quartier, un courriel de l’antenne de quartier est envoyé à notre co-présidente, Anne (sur une adresse personnelle), qu’elle n’aura pas l’occasion de lire, perdu dans les spams de son ordinateur…
Le 19 mai, l’association reçoit enfin un courriel (et un message sur mon portable personnel) nous demandant de venir signer un avenant à la convention qui nous lie à la Ville, présentant la chose comme une formalité, et expliquant au passage que des membres de Rêve de Terre ayant donné leur accord, les travaux commençaient cette semaine…
Le 21 mai, nous signons donc un avenant qui a le mérite d’être clair (sur les responsabilités), car ne portant que sur la question d’une réduction de la parcelle de 100m2, ce qui au passage semble plus grand que l’espace de 8 mètres de profondeur voté au Conseil de quartier. Cet espace, donnant sur la rue Saint-Antoine sur toute la largeur de la parcelle, bien que situé dans la partie la plus ensoleillée de ce morceau de terrain, ne remet pas en cause nos cultures -quelques buttes et arbres fruitiers- ni l’aménagement qui se situent au-delà.

Dans la foulée, il nous est expliqué que, non seulement les travaux ont commencé, mais que les ouvriers ont par erreur dégagé le terrain au bulldozer au-delà de la zone indiquée, jusqu’au premier mur de refend.
Nous sommes tellement ébahis, que nous ne trouvons pas mieux que de sauver les meubles en demandant de l’aide (matérielle et humaine) pour y refaire pousser quelque chose…
Après la réunion, Anne et moi passons voir la parcelle : en effet, tout a été rasé jusqu’au premier mur du fond. Pas un brin d’herbe, y compris près des murs.

Une surface de terre nue. Plus de trois années de travail dévastées, le vieux pommier, le cognassier, la lasagne de compost, les trois buttes permacoles en triskell, les plantations expérimentales dans le bosquet, et bien sûr le cabanon que nous avons tenté à plusieurs reprises de remettre en état, tout a disparu…
Même le mur du fond, déjà en partie écroulé sous les épreuves du temps et surtout les briques de futurs bénéficiaires de l’imminent
« espace d’entente de la rue Saint-Antoine », s’est encore plus écroulé à cause du passage du bulldozer…

Peter BENOIT, encore sous le choc… »

Et la réaction de Peter ZALAY, l’un des jardiniers les plus présents au Jardin Forestier :

« …Adieu et espoirs…

Les souvenirs et ce que nous y avons appris pendant ces quatre ans (sur le sol, la végétation, l'environnement, le voisinage) restent précieux et indestructibles...

Alors,  adieu :
- aux ailantes glanduleux aux feuilles à l'odeur de chocolat,
- aux pommiers palissés que nous avions taillé, restes d'un passé arboricole,
- à l'ancienne vigne cherchant la lumière en haut des arbres,
- au phytolaque qui n'empoisonnera plus personne,
- à la clématite qui allait enlacer les cornouillers pour faire une voûte en pergola,
- au buddleia qui voulait jouer au lilas pour ne pas être envahissant,
- au sceau de Salomon qui n'a pas su rendre justice,
- aux jacinthes horticoles qui revenaient d'un temps ancien depuis quatre ans avec impatience chaque printemps au pied du mur de refend,
- au cognassier, historique premier support  utilisé pour greffer  des poiriers:
- à l'asparagus qui apparaissait parfois, témoin de la floriculture d'une époque,
- au merisier-cerisier cherchant désespérément le ciel, dans un espace improbable et obscur et que j'avais amputé de sa branche principale pour l'inciter  à des ambitions plus réalistes;
- au chêne, qui n'avait vraiment pas à sa place et que nous avions cependant épargné après une polémique,
- aux framboisiers, héliantis, verges d'or, asters, consoudes, compagnons blancs, avoines , phacélies,  pommes de terre, haricots, petits pois, choux raves, topinambours et poireaux qui ne fleuriront pas....

Et c'était beau, ni rare, ni extraordinaire, apparaissant comme un fatras de verdure à l'abandon. Ce n'est qu'un au-revoir, le sol est plein de graines et de vie ! La surprise de voir ce qui apparaît après un incendie de forêt ou une pluie dans le désert. Qui va gagner maintenant dans la lutte entre les végétaux ? Va-t-on voir  apparaître quelques espèces qui attendent leur moment ? Nous jardinions la nature d'un espace boisé classé, envahi à notre arrivée de clématites, ronces, cornouillers, qui en quatre ans, est devenu autre... Le jour d'après, peut être allons-nous jardiner une Autre Nature...
Nous serons "les jardiniers de l'ombre", à lire ce livre rare (1)....pour comprendre la suite..
Longue vie  aux nouveaux voisins ! 

Péter ZALAY »
(1) "Les jardiniers de l'ombre" Blaise LECLERC - éditions Terre Vivante

Pour mieux connaître l'aventure de ce jardin et la sensibilité de ses jardiniers, une vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=M4-gzV6jHA0

евро курс харькововbinary optionsbinarybank de binary contactукладка паркета своими руками видеоурокздесь

Ajouter un Commentaire

Consulter les CGU de ce site pour connaitre les règles d'utilisation des commentaires d'articles : Nos CGU


Code de sécurité
Rafraîchir