Les migrants affluent de plus en plus vers l'Europe. Leurs motivations s'ajoutent les unes aux autres : famine, travail, guerre, pauvreté...
Mais la vieille Europe ne veut pas des migrants. Entre les frontières qui se ferment et les passeurs qui les exploitent, les migrants sont non seulement maltraités mais bien souvent perdent la vie.

14.921 d'entre eux sont morts aux frontières de l’Europe depuis 1988, dont 10.925 en Méditerranée et dans l’océan Atlantique. Il y aussi ceux qu'on abandonne dans le désert, sans eau, sans nourriture, voués à une mort certaine...
Comment supporter que l’on traite ainsi des êtres humains, qui autant que nous, méritent la considération et le respect ?
Ce sont les temps sombres d'une guerre qui se déroulent sous nos yeux, même si elle n'est pas nommée ainsi. Et dans cette guerre, les forces en présence ne sont pas égales, loin s'en faut.

Le peuple français qui assiste depuis des années aux émissions télévisées, s'en émeut-il, ou finit-il par considérer cela comme anodin, comme n'étant pas de son ressort ?
La souffrance des migrants, dont on parle peu chez nous, est bien réelle. Comment pourrions-nous ne pas en être atteint nous-mêmes ? (voir Miguel Benasayag (1)

En juin 2015, des migrants installés sous le métro à la Chapelle ont été dégagés par les forces de l'ordre.
La ville de Paris a déclaré que des solutions d'hébergement avaient été trouvées pour eux, ce que les journalistes ont consciencieusement répété, et nous nous en étions réjouis. Mais malheureusement, et une fois de plus, c’est un mensonge qui a été diffusé aux français. Les migrants ont été dispersés ça et là, se retrouvant dans un autre quartier sans aucune autre solution que le trottoir. Certains ont obtenu une nuit d'hébergement, une seule !
Une fois de plus, ce sont les associations qui ont accompagné les migrants, comme elles l'ont pu, avec des repas chauds et des solutions de fortune...
Que peuvent faire les migrants lorsqu'ils reçoivent pareil accueil dans nos pays ?

Ils vivent dans l'errance et la clandestinité. Ils vivent mal, dorment mal, souffrent de la faim, du froid et surtout du mauvais accueil fait par nos pays !

A Montreuil, certains de ces migrants peuvent exercer une activité choisie librement : les biffins !
Les biffins avaient obtenu lors de la mandature précédente (entre 2008 et 2014), une convention leur accordant un emplacement sous la Halle du marché Croix de Chavaux, une fois par mois, pour vendre en toute légalité les objets usagés récupérés de diverses manières. Cette convention, signée chaque année depuis 2012, n'a pas été reconduite par la nouvelle municipalité installée depuis 2014, laissant les biffins et l'association Amélior (2), qui les encadre, dans un profond désarroi.

Permettre à ces migrants et ces précaires d'avoir un lieu pour vendre leurs marchandises en toute légalité, est une façon de leur permettre de recouvrir leur dignité que des situations économiques et politiques leur avaient enlevée. C'est aussi une façon pour nous, les politiques et les citoyens, de participer à cette solidarité qui constitue à défendre tous les habitants de notre planète. C’est être actifs dans la demande qui consiste à proposer de micros solutions qui favorisent la découverte d'une réponse plus globale.

Les personnes qui bénéficient du soutien de l'association Amélior pouvaient au moins compter sur cette micro économie pour ne pas se retrouver dans une situation totale d’assistés. C'est une manière de redonner de la confiance à ces personnes et les inscrire ainsi dans une dynamique d'autonomie.
A la place de cette convention, la nouvelle municipalité leur a proposé d'autres actions : récolter des invendus lors des brocantes, entre autres. Mais s'ils ne peuvent pas les vendre, qu'en feront-ils ?

Un maire-adjoint, à qui nous nous étions adressés, nous a fait la réponse suivante :
 "Nous avons missionné nos services pour réfléchir à une nouvelle convention avec AMELIOR, qui intègre la dimension sociale, le caractère solidaire et la mobilisation de toutes les parties pour l'accès aux droits, notamment celui de l'accès à l'emploi."
Ces paroles nous ont paru assez vides, notamment l'accès à l'emploi, quand on sait que notre pays regorge déjà de 3,5 millions de chômeurs. De toute façon, en quoi une réflexion empêche-t-elle de poursuivre la convention passée, le temps d’en préparer une autre. Pourquoi les laisser sans aucune solution entre la fin d’une convention qui marche et une hypothétique convention meilleure qui sera éventuellement signée à une date indéterminée ?
Cette situation concernant les biffins nous interroge. Nous ne pouvons rester indifférents à la détresse de ces personnes. Les biffins font preuve d'ingéniosité en récoltant des objets promis au rebut, en les réparant, en les rendant attractifs. Ce sont de véritables recycleurs qui non seulement, limitent les déchets et en font un petit bénéfice, mais rendent service aux autres précaires qui leur achètent ces marchandises.

A côté des millions de chômeurs en France, les biffins font figure d'auto-entrepreneurs et, à tout le moins "d'actifs". Ils n'attendent pas les bras croisés que l'emploi leur tombe du ciel.
Quelle violence symbolique leur impose t-on en voulant les priver de leur gagne-pain ?

Ceux qui ont choisi d'exercer le métier de biffins à Montreuil, l'ont fait en toute liberté de choix, c'est une des réponses possibles qui améliore leur existence.
Pourquoi les en priver ?
                                                                                                      Jeanne Studer

Aquarelle et techniques mixtes de Felipe Vincenot  http://felipe.vincenot.free.fr/

(1) Dans son livre "La Chasse aux enfants - L’Effet miroir de l’expulsion des sans-papiers", Miguel Bensayag explique que ce ne sont pas seulement ceux qui sont expulsés qui souffrent, mais ceux qui les entourent, souffrent autant de la violence infligée à leur concitoyens.
(2) L'association AMELIOR est une association qui encadre les biffins : http://amelior.canalblog.com

рецепты блюд для блендерагрузия батумиконсультант интернет версияукладка паркета своими руками видеоgoogle статистиказдесь

Ajouter un Commentaire

Consulter les CGU de ce site pour connaitre les règles d'utilisation des commentaires d'articles : Nos CGU


Code de sécurité
Rafraîchir