Lors du dernier Méliès Ephémère, le public présent, fort nombreux au demeurant, a entendu Alexie Lorca, maire-adjointe à la culture, rappeler les promesses de campagne de Patrice Bessac, maire de Montreuil, et annoncer que le personnel déplacé et le directeur Stéphane Goudet licencié, seraient réintégrés dans l'équipe du cinéma.

Un tonnerre d'applaudissement et quelques larmes ont suivi cette annonce, car l'émotion et la joie étaient à leur comble parmi tous ceux qui luttent depuis 18 mois pour retrouver le cinéma d'Art et d'Essai qui a fait la réputation de la ville au-delà de ses frontières et qui réjouissait petits et grands par la qualité de ses programmes et de ses débats.

Lors de sa création, Nous-Montreuil a annoncé sa vocation à être un "journal de la ville écrit par celles et ceux qui la vivent". A ce jour, plus de 1500 personnes lisent ou ont lu au moins une fois Nous-Montreuil. Nous-Montreuil a même quelques assidus et quelques contributeurs réguliers.

Certains lecteurs se demandent "quelle est l'orientation du journal ?". La réponse est qu'il n'y en a pas, mais l’existence même du journal affirme une valeur fondamentale, qui est celle de l'expression libre, dans la limite de la nétiquette (lire la nétiquette).

Le journal propose 3 rubriques :

Lettre à Mme Taubira et M. Valls concernant les contrôles d’identité opérés au métro Robespierre

Madame Christiane TAUBIRA
Garde des sceaux, ministre de la justice
Monsieur Manuel VALLS
Ministre de l’intérieur

Depuis plusieurs semaines, des contrôles d’identité, fondés sur des réquisitions du procureur de la République selon les fonctionnaires de police, sont opérés aux abords du tribunal administratif de Montreuil-sous-Bois, à la sortie de la station de métro Robespierre. Ces contrôles ont généralement lieu en matinée, aux heures mêmes où se tiennent les audiences du tribunal administratif. Plusieurs témoins ont en outre constaté que seules les personnes de type africain ou maghrébin étaient la cible de ces contrôles.

Les loyers dans le privé en 2014 à Montreuil s'élèvent en moyenne à 14,5 € le m2, ce qui représente 725 € par mois pour la location d'un appartement de 50 m2.

Les loyers montreuillois ont baissé de 6,4 % en 2014, bien plus que la moyenne en Seine-Saint-Denis, où ils ont baissé de 2,9 %. En Ile de France, ils sont baissé de 0,7 % et au niveau national ils ont augmenté de 0,2 %.

Quelques autres statistiques sur les locations privées à Montreuil :

  • 48,70 m2, c'est la surface moyenne des logements montreuillois.
  • 54,8 mois, c'est la durée moyenne d'occupation d'un logement à Montreuil.
  • 21,9 %, c'est le taux de mobilité résidentielle (le pourcentage de locataires qui déménagent chaque année).
  • 24,5 %, c'est le taux des relocations après travaux d'un logement loué

Ces statistiques sont extraites de l'observatoire Clameur.

Les élections municipales se dérouleront les dimanches 23 et 30 mars.

Dans le maquis des institutions françaises, on ne sait pas toujours qui fait quoi et notamment quelles sont les compétences et les obligations des maires et des communes. Le gouvernement a mis en place un dossier spécial sur internet avec toutes les informations utiles : http://www.gouvernement.fr/gouvernement/les-elections-municipales-2014

Les 55 conseillers municipaux qui seront élus fin mars seront chargés de gérer les affaires de la commune pendant les 6 prochaines années : action sociale, urbanisme, taxe d’habitation, éducation… Ils devront se réunir au moins une fois par trimestre.

Une nouveauté de ces élections : les conseillers communautaires seront élus en même temps que les conseillers municipaux. ce sont eux qui représenteront Montreuil au sein d'Est Ensemble, l'intercommunalité dont Montreuil est membre. C'est l'intercommunalité qui est notamment chargée du ramassage des ordures ménagères, de l'assainissement, de la gestion des établissements sportifs et culturels (dont le Méliès), de l’urbanisme...

C'est donc un double vote qui aura lieu les 23 et 30 mars.

Ce mardi soir 11 février 2014, à la Parole errante, c'est un Méliès éphémère pas comme les autres. Même la projection se trouve emportée dans une mise en abîme propre à nous faire sonder nos propres profondeurs pour y chercher la vérité ! (1).

Au programme ce soir-là « L'amour existe » de Pialat, qui parle de la banlieue. Et de voir 50 ans plus tard, dans les anciens studios Méliès, un film qui raconte la destruction des studios Méliès, aucune fiction n'aurait pu nous faire vivre cette distorsion du temps et cette tendresse qui nous unit par de-là les époques, avec autant de réalisme et de poésie ! Un Méliès pas si éphémère en somme nous a saisi...

Un site internet permet de prendre connaissance des revenus des personnes âgées dans toutes les ville de France de plus de 10.000 habitants, de voir leur évolution entre 2008 et 2011 et de les comparer avec la moyenne nationale.

Ce comparateur a été élaboré par le Compas en partenariat avec la Gazette des communes, la Gazette Santé-Social et l’Observatoire des inégalités. Il utilise les données de l’Insee sur les revenus de l'année 2011, pour une personne seule, hors impôts et prestations sociales. Les données pour les 10 % les plus pauvres doivent donc être considérées avec précaution. En particulier, la comparaison du niveau de vie des personnes âgées les plus pauvres et celle de la commune est faussée du fait de l'absence des allocations familiales et logement dont disposent plus souvent les plus jeunes.