Tarek Rezig est maire-adjoint à la municipalité de Montreuil. Il est en charge de la jeunesse.
Nous avons voulu connaître les orientations de sa délégation.

                                                                                Parcours

n-m : quelles sont les valeurs qui vous portent et que vous défendez
Des valeurs de citoyenneté dans un premier temps qui m'ont conduit à m'engager en politique, des valeurs utopistes aussi. Des valeurs populaires principalement, des valeurs issues des quartiers.

Je suis originaire du quartier Boissière. J'ai fait toute ma scolarité dans le secteur, j'ai fait comme tout un chacun qui a grandi dans le quartier, j'ai un peu traîné dans la rue, j'ai connu la rue, ce qui m'a permis d'apprendre certaines choses, d'apprendre à ne pas faire

Décidément les villes ont opté pour le tout béton au mépris de la santé et de la joie de vivre des habitants.
Un arbre magnifique, cèdre du Liban était sur le trottoir de l'avenue du Président Wilson. Il a été coupé au ras du sol sans vergogne, sans que les habitants ne soient prévenus.
Qu'apporte l'arbre dans les villes ? Il nous apporte humidité, oxygène, en été il apporte la fraîcheur de son ombre et de plus, il absorbe les poussières de la ville. Que du bonheur pour les citadins !
Il a fallu qu'il disparaisse, pauvre de nous ! Il aurait pu avec bonheur être intégré dans un jardin où les enfants avec leurs parents auraient pu s'ébattre en toute liberté, jouer et établir des liens conviviaux avec d'autres, profiter de l'ombre apaisante de cet arbre. Les enfants n'auront pas cette chance : un immeuble supplémentaire va être planté là, près d'une Cité, ajoutant d'autres habitants dans une ville déjà surpeuplée.
A quoi pensent les politiques ? Veulent-ils faire de la ville un enfer, rien que du béton brûlant sous le soleil, espace minéral privé de ces êtres vivants que sont les arbres, nos amis !
Les citoyens élisent des personnes censées les représenter, mais non, cette démocratie est un leurre. Tout le monde dans le quartier voulait garder cet arbre qui était comme un ami, d'un vert profond et d'une allure majestueuse.
Il a été assassiné. Quelle tristesse !
Jeanne Studer

Texte précédé d'une lettre au maire de Montreuil : Monsieur Patrice Bessac

Monsieur le maire,
Vous avez décidé d'expulser les Roms du 250 Bd Boissière qui étaient installés à cet endroit depuis plusieurs années, sans les prévenir auparavant de cette expulsion brutale.
Je vous interroge sur vos engagements de communiste : où sont donc les valeurs que vous portez : sociales et humaines ? Les gens de droite ne se conduiraient pas autrement que vous. Comment croire aux valeurs que vous êtes censés défendre ?

Cette expulsion est d'autant plus regrettable que des citoyens proches de ce groupe avaient proposé de réparer le lieu (250 Bd Boissière) par du personnel bénévole et à moindre coût, vous ne pouvez donc invoquer la dépense trop importante pour votre budget ! A toutes leurs propositions, vous n'aviez donné aucune réponse.

Le foyer Bara, à Montreuil héberge de nombreux maliens. Il fait l'objet d'une très longue lutte dont Nous-Montreuil a déjà parlé à plusieurs reprises. Nous avons voulu rencontrer un des porte-paroles de cette lutte, mais sous un angle plus personnel : comprendre pourquoi et comment il est arrivé du Mali jusqu'ici.

Plus d'informations sur les luttes des Baras ici : https://fr.squat.net/tag/collectif-baras/

J’ai 26 ans. Je suis né au Mali, dans un tout petit village agricole de 160 personnes. Je ne connais pas mon père, il est décédé quand j’étais tout petit. Ma mère est décédée aussi en 2013, quand j’étais déjà parti. Je suis parti de chez moi quand j’avais 13 ans. Je suis allé à Abidjan avec un ami qui faisait du commerce entre Abidjan et Bamako.

Bonjour Madame,
J'imagine que vous avez entendu parler de la Parole Errante, de ce lieu formidable, engagé dans les luttes, ouvert sur le théâtre et toutes sortes de manifestations culturelles, ce lieu où la parole peut émerger et circuler librement.
Montreuil a beaucoup de chance de posséder un lieu comme celui-là.

Mais on apprend avec stupéfaction qu'il va fermer, que le Conseil Général en prend la gestion pour y produire des chorégraphies de la Seine St Denis, et si ce lieu

Banquet de la Parole Errante demain!
le samedi 7 mai 2016 à partir de 13h, place Jean Jaurès, devant la Mairie de Montreuil

Prises de paroles, ateliers, jeux, spectacles, à partir de 13h,
Banquet à 20h et soirée festive avec chorales et fanfares.

Rassemblons-nous pour faire de l’avenir de ce lieu un enjeu public et politique. Soyons nombreux pour nous faire entendre !
(programme détaillé de la journée à venir bientôt)
Prises de paroles, ateliers, jeux, spectacles, à partir de 13h.
Présentation du collectif et annonce du banquet sur la Radio de Nuit Debout  ici : https://soundcloud.com/radiodebout/radio-debout-55-mars  (l'intervention sur la Parole errante demain est à 01h51min26sec)

Rassemblons-nous pour faire de l’avenir de la parole errante un enjeu public et politique. Soyons nombreux pour inventer des suites au lieu à la rentrée 2016 !

Nous n’abandonnerons pas nos territoires à « Grand Paris Aménagement » Fil info / Publié le lundi 16 mars 2015
Déclaration conjointe de Patrice BESSAC, Maire de Montreuil et Jean-François VOGUET, Maire de Fontenay-sous-Bois.

Nous apprenons avec stupéfaction que nos deux villes, Montreuil et Fontenay-sous-Bois, font partie des sites pressentis par l’aménageur Grand Paris Aménagement désigné par le gouvernement dans le cadre de son projet de création d’opérations d’intérêt national (OIN) «multisites».

La loi portant création de la future métropole du Grand Paris (MGP) n’est pas encore votée par le Parlement que la technostructure métropolitaine d’ores et déjà mise en place par Manuel VALLS en octobre dernier commence à produire ses premiers projets en matière d’aménagement et d’urbanisation du territoire métropolitain. C’est ainsi que nous apprenons avec stupéfaction que nos deux villes, Montreuil et Fontenay-sous-Bois, font partie des sites pressentis par l’aménageur Grand Paris Aménagement désigné par le gouvernement dans le cadre de son projet de création d’opérations d’intérêt national (OIN) «multisites».