Bientôt les élections régionales…

La France est un pays formidable : il y a des élections tout le temps.

Entre les élections présidentielles, législatives, municipales, départementales, régionales, et peut-être bientôt « grand-parisiennes », nous sommes tout le temps en période électorale.

Plus il y a des instances de décision, plus il y a des élections.

Pourtant, au lieu de susciter des vocations nouvelles, ce sont les mêmes que l’on retrouve partout, encore et encore. On n’imagine même plus qu’ils puissent effectuer vraiment le travail pour lequel ils sont élus.

Nous sommes donc en campagne, comme toujours, avec son lot de promesses et de prometteurs. Et alors qu’on sait bien que ces promesses n’engagent que nous, qui voulons y croire, et pas ceux qui les profèrent, qui eux ne veulent que nos voix dans l’urne et qu’on les oublie ensuite.

Nos politiques sont formidables, ce sont des gens de métier. Les « meilleurs » sont même formés pour ça, à l’ENA. Comment s’étonner ensuite s’ils ne connaissent rien à nos vies, nos problèmes, nos craintes et nos espoirs. Ils raisonnent à coup d’expertises, avec des moyennes. Que veut dire un salaire moyen, par exemple, quand on met dans le calcul les millions de quelques-uns face aux miettes de nombreux autres : une moyenne honorable pour tous, mais qui est une vue de l’esprit, loin de toute réalité.

Alors, voter ou pas ?

A quoi servent nos votes sinon à légitimer la situation, intenable et pourtant que personne ne veut ou ne peut réellement changer ?

Et si nous ne votons pas, ne risquons-nous pas encore pire ? Qu’est-ce qui serait pire ? Avec une droite « républicaine » qui porte le programme raciste du Front National et une gauche qui suit le même chemin, mais en l’avouant moins ?

Et si nous parlons d’économie, comment différencier le libéralisme des Socialiste ou des Verts de celui des Républicains : tous ils « aiment » l’entreprise et méprisent (sans le dire) le peuple : nous.

Alors, votons, votons, nos ancêtres se sont battus pour avoir ce droit.

Ou alors, ne votons pas ou mieux encore, présentons-nous, nous mêmes, les non politiciens, afin de changer les choses vraiment.

Est-ce possible ?

Le comité éditorial

эмалированные кастрюлисофи эллис бекстор фотоликвидация предприятий киевnew home construction in palm beach countyescort service kuala lumpurmail.ru 1