Les élections municipales sont passées et les conseils de quartier se réunissent, comme avant et pas tout à fait comme avant.

Avant : chaque quartier bénéficiait d'une enveloppe participative, quelques milliers d'euros, pour payer un petit aménagement dans le quartier. Certains conseils de quartier les ont utilisés, d'autres pas. Les budgets non utilisés étaient perdus et de toute façon, les budgets utilisés étaient très petits par rapport à l'échelle d'une ville et les projets aussi.

Que serait un budget participatif réellement démocratique ? Pas une "enveloppe" pour des mini aménagements dans une rue ou une place. Un vrai budget participatif n'est pas un budget de quartier, c'est un budget de ville, pour des projets d'envergure. Les conseils de quartiers ne devraient pas se limiter à des micro projets très localisés. Les habitants de la ville sont intéressés par la ville dans son ensemble, c'est donc à l'échelle de la ville qu'ils doivent participer. Et c'est à l'échelle de la ville que le budget participatif doit être dédié.

L'enveloppe participative n'a de sens que s'il s'agit d'une enveloppe de fonctionnement du conseil de quartier et explicitement pour des micros activités locales, mais en aucun cas ces enveloppes ne doivent monopoliser le conseil de quartier ni limiter ses ambitions et les domaines d'intérêt des habitants.

Après : ce qu'on voudrait c'est une participation des habitants sur les sujets d'envergure à l'échelle de la ville entière. Un vrai budget participatif implique la participation des citoyens sur les choix décisifs pour leur vie et l'avenir de la ville. Des décisions importantes pour la ville auraient du être prises comme cela : la piscine écologique, le projet du Méliès, les équipements partout dans la ville, l'aménagement de l'entrée de ville...

Le Comité éditorial

харьков сейчас погодакупить посудуcheap escortsигровой ноутбукиВсесезонные шины 135смотри