Leonarda, trop photographiée par les médias est, surtout, une jeune fille qui souffre.

Le sort d'une jeune collégienne de 15 ans, de famille rom, Leonarda, a envahi la presse parce que la police s'est saisie d'elle, dans le cadre d'activités scolaires, afin de la conduire, avec ses parents, et ses cinq frères et sœurs, jusqu'à Mitroviça, au Kosovo. Les protestations ont fusé.

Au-delà de l'événement douloureux pour la jeune fille, mais à cause de cette intervention inappropriée, sur le parking du collège Lucie Aubrac (un comble !), dans le Haut Doubs, le 9 octobre, au cours d'une sortie scolaire en car, aux usines Peugeot, comme d'habitude, on invoque le droit.

Les enseignants de cet autre collège, (André Malraux, de Pontarlier), où était élève Leonarda, et ses camarades de classe, ainsi que les lycéens qui ont manifesté notamment à Paris, ont été choqués par ces pratiques brutales qui, droit ou pas, manifestent un irrespect flagrant d'une personne mineure.

Il y a lieu de s'interroger sur les fréquents recours au droit invoqués pour justifier la violence. Le Défenseur des droits, Dominique Baudis, a d'ailleurs ouvert une enquête sur l’expulsion. En outre, on peut poser des questions qui semblent ne pas préoccuper la plupart des journalistes et des hommes politiques, plus soucieux de se faire entendre et voir, que de considérer la réalité.

Peut-être peut-on se rappeler qu'en 1996 le Kosovo entrait en guerre civile et que les Roms, pris entre Albanais et Serbes, n'avaient pas pris nettement parti, ce qui allait les conduire à une répression implacable et donc à la dispersion dans plusieurs pays d'Europe. À Mitroviça, notamment, un quartier rom prospère avait été ravagé et il n'en est pas resté une seule pierre debout.

La famille Dibrani, originaire de cette ville, avait sans doute déjà fui le Kosovo puisqu'elle s'est retrouvée en Italie, à Fano, 17 années durant, jusqu'en 2008, avant les 4 années passées en France. Dimanche 20 octobre, la mère de Leonarda, Xhemaili, a été giflée par son ex-époux d'il y a 25 ans, et a été brièvement hospitalisée a-t-on appris, de source policière kosovare, et selon l'Express et Libération.

Le retour forcé au Kosovo, où les menaces physiques n'ont donc pas tardé, est bien une faute et Leonarda avait toutes raisons de le craindre. En outre, les six enfants ne parlent pas l'albanais mais le romani, l'italien et le français... « Sur les 2 850 Roms vivant à Mitrovica, seuls dix ont du travail», a affirmé Qazin Gushani, le représentant de la communauté rom à Mitroviça. La famille est hors d'état de vivre au Kosovo et on lui a, incontestablement, fait violence.

Les relations entre les pays d'Europe et le Kosovo ne sont pas claires. Cet état récent, indépendant depuis 2008, a beau avoir l'euro comme monnaie, il ne fait pas partie de l'Union européenne. L'origine kosovare du père n'en fait pas un habitant légitime du Kosovo aux yeux des autorités locales, et la naissance de cinq des enfants en Italie et un en France, non albanophones, ne plaide pas en faveur de leur réinsertion. On oublie aussi un peu trop vite Maria, l'ainée de Leonarda, 17 ans, actuellement en CAP, service hôtellerie.

Quoi qu'on puisse reprocher à la famille Dibrani et notamment au père, Resat (dont les larcins et les mensonges ont été complaisamment divulgués par le préfet du Doubs, Stéphane Fratacci, ex secrétaire général du ministère de l'Immigration sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy), les membres de la famille n'ont pas à subir les conséquences de ses erreurs éventuelles, pas plus lourdes que celles qu'on observe fréquemment dans notre pays, mais sans pareilles sanctions ! 

Contrairement à ce qu'affirme Najat Vallaud-Belkcaem, porte-parole du gouvernement, l'affaire n'est pas réglée. Les Dibrani devront quitter le Kosovo et retenteront un retour dans l'Union européenne, par la Croatie ou ailleurs. Le droit ne peut pas tout, et organiser la vie publique en oubliant que la fraternité fait partie de la devise républicaine, conduit à des impasses visiblement inintelligentes.

Jean-Pierre Dacheux

A lire aussi le témoignage de François Mandil, conseiller municipal EELV de Pontarlier : lire le témoignage

пляжныйлетниеподобрать ключевые словапродвижение бренда на рынкеконтексная реклама гуглкачать

Commentaires  

0 #2 Roma 14-11-2013 19:42
J.P. Dacheux a bien raison. On ne peut opposer le droit à la fraternité. Nos lois actuellement sont terribles en matière d'immigration.

Tous les moyens (et droits) convergent vers la "séparation" des êtres humains. Veut-on exciter la haine entre les peuples ?

Quelle est cette civilisation complètement décadente qui cherche non seulement à diviser, mais à se dresser les uns contre les autres des humains qui pourraient devenir des amis ?
Citer
0 #1 Sylvie 11-11-2013 20:33
Les lycéen-ne-s et étudiant-e-s expulsé-e-s doivent revenir, avec leurs familles.

La loi doit changer : les jeunes en parcours de formation (élèves, apprentis, lycéens, étudiants...) ne doivent plus pouvoir être expulsés, ils doivent être régularisés ainsi que leurs familles.

Une journée nationale de manifestations est prévue le samedi 16 novembre. À Paris, la manifestation partira à 14h00 de la Place de la République.
Citer

Ajouter un Commentaire

Consulter les CGU de ce site pour connaitre les règles d'utilisation des commentaires d'articles : Nos CGU


Code de sécurité
Rafraîchir