Samedi 11 février 2017
Le Marché des biffins propose :

- l’organisation des marchés aux puces des biffinEs, 

- l'octroi d'une carte individuelle de biffinE donnant accès a une place sur un marché

- la promotion de notre économie populaire circulaire sur l'espace public,

- le respect de nos métiers et activités professionnelles, 

- la reconnaissance de notre rôle et de notre utilité dans le secteur du réemploi et du recyclage, mais aussi 

- la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, 

- la sensibilisation et la prévention des déchets, 

- l’interdiction de l’incinération des matériaux recyclables

 

Depuis mars 2013, notre association permet donc à 250 biffinEs adhérentEs (sur 600 en 2016) de trouver une place parmi celles accessibles chaque mois àC roix de Chavaux à Montreuil.

Lors de ces journées de biffe et de travail en commun, nous réalisons ce que nous réclamons aux pouvoirs publics : Avoir le droit au travail pour les biffinEs sur des marchés aux puces de Paris et d'Ile de France. 

 

Voila donc maintenant plus de 4 ans que nous fédérons environ 1500 biffins sur nos marchés aux puces organisés des biffinEs, soit 1 biffin sur 2 sur les 3000 qui, de manière contrainte par les pouvoirs publics, exercent encore « à la sauvette »à Paris, sans droit...

 

L'organisation que nous menons concrètement et que nous préconisons, c'est la solution  pour promouvoir l’économie circulaire des biffinEs telle qu’elle existe et résiste en occupant les rues depuis toujours , telle qu'elle permet de partager l'espace public et de garantir son accès à touTEs, et surtout de protéger la culture parisienne des marchés aux puces en tant que lieu d'integration des populations démunis.

 

C'est aussi cette seule organisation qui est capable de réduire les «ventes à la sauvette de biens de recup' sur l’espace public par des personnes en etat de nécessité»  comme malheureusement la mairie de Paris les encourage et les institutionnalise depuis 10 ans aux dépens de touTEs : Policiers, riverains, commerçants, contribuables et comptes publics, biffins et acheteurs, sans parler de l'affaiblissement des valeurs républicaines de liberté d'égalité de fraternité quotidiennement bafouée...

 

En abandonnant les personnes précaires aux politiques répressives, la Mairie de Paris et celles des arrondissements concernées, participent  volontairement au développement du phénomène quelle dénonce et des échecs des tentatives décennales de chasser les biffins de Paris, repression systématique et aggravé depuis la mandature de la Maire PS Anne Hidalgo. 

 

En effet, Mme la maire de Paris et ses éluEs du conseil de Paris sont responsables d'un immense gâchis durant le cours de ce mandat: 

0 place pour les biffins depuis l'élection municipale en 2014, des millions d'euros dépensés en vain dans la repression policiere consistant en un harcèlement quotidien des biffins et des pratiques inacceptables de confiscations de leurs biens de recup' mise en vente, quand ce n'est pas comme en aout 2014 la fermeture par des grilles cadenassés d'un espace de vente rue lucien Lambeau Paris 20eme. 

Cette politique irresponsable de suppression des lieux de ventes devient criminelle lorsque en aout 2015 un enfant de biffins sans place , agé de 5 ans, dont les parents sont harcelé par les operations policieres et militaires mise en place a leur encontre ,décède à Ménilmontant en traversant le boulevard écrasé par un camion... la politique repressive a conduit a trop de drames ces dernières années. La repression doit cesser! 

 

A porte Montmartre, suite à la lutte et l'organisation militante des biffinEs sans place, la mairie du 18eme autorise depuis octobre 2009 les 200 biffinEs inscrits à l’association AURORE-Carré des Biffins à travailler 152 jours par an ! 

 

Nous demandons l'accès à l’égalité des droits pour tous les travailleurs biffinEs ! Nous voulons le droit au travail !

Nous voulons l'accès à l'égalité territoriale, a savoir des espaces de consommation à moindre risque de la biffe, autorisés et organisés, de 100 places dans chacun des 6 arrondissements qui souffrent le plus de cette absence : Le 20eme, le 19, le 10, le 11, le 12 et le 13eme arrdt.

 

Les " ventes à la sauvette" sont encouragés par les pouvoirs publics depuis bientot 10 ans et l’argent public est dépensé en vain, au seul bénéfice des sociétés de camions bennes privés qui amènent les tonnes de biens confisqués sans inventaire de saisie dans les usines intercommunales d’incinération: Nous dénonçons la corruption de cette scandaleuse économie circulaire entre comptes publics, entreprises et multinationales, partis politiques et prefecture de Police, au détriment de l'ordre social et du développement des métiers verts.… de la défense de l'intérêt collectif. 

 

Le cout annuel des politique inutiles, inhumaines et scandaleuses de repression et d'exclusion ne sont pas communiqués mais nous estimons que l'addition de ces politiques anti-démocratiques s’élève à plus d’un million d’euros par an.  

 

La pauvreté n’est pas un crime! 

 

Hormis ces investissements conséquents dans notre exclusion, nous sommes toujours déconsidérés par les pouvoirs publics, lésés de nos biens sans inventaire par la police qui nous harcèle quotidiennement à Barbès, la chapelle  Belleville Ménilmontant, porte montreuil et porte montmartre ou porte didot.. A Barbès rien qu'en 2016, les biffinEs sans place ont été spoliés de 27 tonnes de  biens de recup  mises en vente, d'après Mr le préfet de Police M. Cadot, dans une lettre envoyé  fin décembre 2016 a un collectif de riverains dans laquelle il promet une politique de repression appelée " sauvette de masse". 

 

Depuis 10 ans c'est le meme problème, les biffins pauvres ont besoin de travailler dans les rues pour vivre, et les pouvoirs publics, négligeant les valeurs républicaines et les personnes les plus fragiles répondent par  la matraque, les gaz et les bennes. La police, doté d'investissements conséquents, peut en effet arrêter quelques vendeurs biffins, mais peut elle arrêter la masse de biffins? Non, à moins de faire ressembler les quartiers populaires a une dictature militaire... 

 

Cette  politique est impasse, une bastille moderne qui enferme la société civile dans la division et le rejet de l’autre, banalise le racisme.. 

Nous souhaitons apporter un nouveau regard sur de vieux problèmes sociaux.

 

 A défaut de rencontrer les élus de la ville de Paris qui ne répondent jamais a nos sollicitations de rendez vous, nous avons la reconnaissance internationale de nos pairs et contemporains :  Nous avons rencontré le Pape Francois par deux fois à Rome, ou nous avons pu ecouté les discours de soutien d’Evo Morales et Pepe Mujica à l'occasion des rencontres mondiales des mouvements populaires, nous avons été invité par l’ISWA ( International Solid Waste Association) par deux fois à Anvers en Belgique et à Novi Sad en Serbie lors de rencontres européennes des récupérateurs et recycleurs de l’économie populaire, nous avons été invité par l’Ambassade de France au Brésil via le ministère des affaires étrangères en charge du développement international afin de rencontrer les catadores brésiliens lors de leur meeting continental annuel, nous sommes allé en Turquie, à l’invitation de l’Organisation Internationale du Travail afin de renforcer les connaissances sur le potentiel des coopératives et le rôle des recycleurs dans la gestion des déchets, nous avons participer en présence du directeur de l'OIT a un séminaire sur le " travail décent dans le cadre du développement durable"  à Rome, mais aussi chez nous à Paris à l'invitation du REFER, lors de  plusieurs rencontres-débats , ainsi qu'auprès du collectif Romeurope, désirant connaitre nos actions d’insertion par l’activité économique auprès des citoyens européens de culture Rrom.  Plusieurs documentaires et articles de presse relate notre participation à la ville et à l'économie.

Nous participons au sein du collectif Rues Marchandes aux recherches-actions nous concernant, et a travers ce collectif entendons faire reconnaitre le role, l’utilité et l’apport des biffins aux droits des citoyens à vivre dans une ville réellement inclusive et intelligente.

 

A ce jour, les pouvoirs publics parisiens restent dramatiquement absent de ce dialogue social. Depuis 2012, année de notre fédération en association, nous avons demander l’accès au dialogue social. 

D’Olga Trostiansky à Dominique Versini en passant par Laure Lechattelier, les éluEs en charge de la lutte contre l’exclusion sous la gouvernance de Delanoé, d’ Hidalgo et d'Huchon en région IDF, de meme que les élus des 10eme 11eme 19eme 20eme ,n’ont jamais pris leurs responsabilités et n’ont jamais répondu à nos demande de rencontres, quand bien meme nous manifestions sous leurs fenêtres de l’Hotel de Ville de Paris ou en arrondissements. 

 

Au bout de 4 années d’une lutte initié en 2005 pour réclamer le droit au logement de biffins vivant sous le pont de la porte montmartre, Delanoé avait relogé 12 personnes et fait 100 places à Porte montmartre, en 2009.

Sous sa mandature, Anne Hidalgo  n’a pour l’instant rien fait pour les biffinEs. 

 

La surconsommation, dans nos sociétés dites développés - en fait prédatrices de ressources naturelles se raréfiant et qui exploitent les travailleurs des pays dits émergents-  participent  au réchauffement climatique et à l’accroissement des inégalités. Parce qu’acheter du neuf à bas prix, c’est fabriquer notre chômage de masse, alors qu’en achetant de l’occasion de qualité à bas cout, on contribue à fabriquer les métiers d’aujourd’hui et de demain:  réutilisation et réemploi, réusage et réparation, artisanat, et bien évidemment création de valeurs économiques et sociales durables et non délocalisables. 

L’industrie, qui fabrique l’obsolescence programmé par son monopole des ventes, pourrait être mis en concurrence par ces economies populaires.  Les matériaux recyclables pourrait servir a créer de nouveaux cycles de produits durables, pour peu que l’incineration ne soit pas leur destinée.

 

Nous comptons sur vous touTEs cette année 2017 pour adhérer et participer à notre association et ainsi renforcer notre organisation de base!  

 

VIVENT LES BIFFIN.E.S, DROIT À LA BIFFE! 

Association Amelior

Association des Marchés Economiques Locaux Individuels et Organisés de la Récupération
Membre de l'alliance globale des récupérateurs ( http://globalrec.org/fr/ )